News tunisienne

24 juillet, 2008

Le Président Ben Ali s’intéresse aux travaux de la conférence périodique des gouverneurs

Classé sous Actualities nationales — newstn @ 16:43

Impulser le processus de développement global dans toutes les régions 
• Assurer les meilleurs préparatifs pour la saison agricole afin de gagner le pari de la sécurité alimentaire
• Accorder tout l’intérêt requis aux préoccupations et aux attentes de la jeunesse
• Sécurité routière: faire preuve de rigueur et prendre des mesures énergiques afin de préserver les vies humaines
Le Président Zine El Abidine Ben Ali a reçu, hier après-midi, M. Rafik Belhaj Kacem, ministre de l’Intérieur et du Développement local, qui lui a présenté le rapport général des travaux de la conférence périodique des gouverneurs de la République.
Le Président Ben Ali s’intéresse aux travaux de la conférence périodique des gouverneurs dans Actualities nationales

Le Chef de l’Etat a souligné l’intérêt qu’il attache aux délibérations de cette session et aux recommandations qui en émanent, donnant ses directives pour leur suivi, en coopération et en coordination avec les diverses structures et parties concernées.

Il a, également, insisté sur la persévérance afin d’impulser le processus de développement global des différentes régions, de manière à y ouvrir des perspectives plus larges pour l’investissement et à y consolider les efforts d’emploi et de création de sources de revenus.
Dans le cadre du suivi des axes de cette conférence, le Président de la République a appelé à assurer les meilleurs préparatifs pour la saison agricole, de manière à gagner le pari de la sécurité alimentaire et aider à relever les défis qui se posent dans ce domaine.
D’autre part, et réitérant le souci de garantir le succès de l’année du dialogue avec les jeunes, le Chef de l’Etat a renouvelé son intérêt pour les tribunes de dialogue avec les jeunes et l’avancement de la préparation du pacte de la jeunesse.
Il a appelé les gouverneurs à réunir toutes les conditions adéquates au contact permanent avec les jeunes et à accorder tout l’intérêt à leurs préoccupations et leurs attentes.
Par ailleurs, et face aux graves accidents survenus au cours de la dernière période, le Président de la République a fait part de sa vive préoccupation de l’augmentation du nombre des victimes des accidents de la circulation.
Il a insisté, dans ce sens, sur la nécessité de faire preuve de rigueur pour faire face aux comportements de certains usagers de la route qui causent ces tragédies, et de prendre des mesures énergiques à cet effet, afin de préserver les vies humaines et la sécurité des citoyens.
Le Président de la République a, en outre, exprimé sa préoccupation face à l’apparition de quelques pratiques amorales dont certains comportements marqués par l’agression verbale. Il a appelé, à ce propos, à unir les efforts de toutes les parties concernées pour traiter et cerner ce phénomène, et consacrer les attributs du comportement civique.
Auparavant, le ministre de l’Intérieur et du Développement local a transmis au Président de la République les sentiments de loyauté et de fidélité exprimés par les gouverneurs au Chef de l’Etat, et leur engagement à poursuivre la consécration du processus réformateur qu’il a initié, afin de promouvoir les conditions de vie des régions et y consolider les impératifs du développement, réaffirmant l’attachement des citoyens et des citoyennes de leurs régions au Président Zine El Abidine Ben Ali, pour qu’il poursuive la direction de la Tunisie sur la voie de la prospérité, de la croissance et du bien-être.

«Le football tunisien doit retrouver son identité»

Classé sous sport — newstn @ 12:02

Exclusif
Umberto Coelho dans un entretien à La Presse

«Le football tunisien doit retrouver son identité»
Six ans durant, le Club Tunisie a été interdit d’accès aux journalistes relégués à la périphérie de la «zone mixte». Six ans durant, notre équipe nationale a vécu sur une autre planète, coupée de son univers terrestre au point qu’ils n’étaient plus qu’une poignée à se déplacer à Radès pour observer les atterrissages laborieux de cet ovni (objet volant non identifié).
Six ans de frustration et de rage après l’énorme espoir suscité par la victoire de 2004. L’équipe nationale est en passe de nous revenir, de vous revenir. Du moins, nous le ressentons ainsi après l’arrivée de Umberto Coelho. Un premier contact avec les journalistes, un second hier avec La Presse : le charme a opéré. Reste à concrétiser car l’amour platonique, ça ne fonctionne pas très longtemps.
Rencontre avec un homme de bonne volonté.
«Le football tunisien doit retrouver son identité» dans sport
‑Comment s’est opéré le passage de témoin avec votre prédécesseur. Il vous a dit quoi au juste ?

Nous avons parlé de football, des joueurs, de l’équipe, de la capacité mentale et physique de travailler des joueurs tunisiens. Lemerre a eu de bonnes périodes et d’autres moins bonnes. Nous en avons également discuté,comme du reste du profil individuel des joueurs.

Avec Lemerre, je partage l’expérience d’avoir entraîné une équipe nord-africaine, et le football africain a été au centre de cette rencontre. Sur ce plan bien précis, nous sommes d’accord sur le fait que le football africain progresse d’une année à l’autre avec des formations locales plus fortes, les joueurs ayant tous pour objectif de se distinguer et de partir en Europe. Je tiendrai compte de ce qu’il m’a dit tout en analysant la situation. C’est ce que je suis en train de faire.

‑Vous êtes plutôt pour la continuité ou la rupture ?

Je travaille sur et avec mes idées et je ferai de sorte que les joueurs adhèrent à ces idées. Vous savez, le football n’est pas une science exacte, mais il faut tout de même une méthodologie. C’est plus facile dans un club où vous avez les joueurs constamment à votre disposition; plus compliqué quand il s’agit d’équipe nationale.

Ma priorité demeure le collectif avec les meilleurs joueurs.

Mais pour répondre plus précisément à votre question, je vous dirai que je ne cherche pas la rupture, mais que l’important pour moi, c’est que les joueurs assimilent mes idées.

‑Vous êtes pour les longs ou courts rassemblements? Avec Lemerre, les préparations étaient longues et préjudiciables au championnat et aux joueurs locaux.
En tant que responsable technique de l’équipe nationale, mon vœu est d’avoir les joueurs le plus longtemps possible à ma disposition. Mais je sais que ce n’est pas possible. L’important pour moi, c’est de travailler en parfaite harmonie et en accord avec les clubs. Pour le reste, il y a des dates Fifa qui s’appliquent à tout le monde
Dans le succès comme dans l’échec, l’héritage de votre prédécesseur est bien lourd…
J’en suis conscient et ça ne me gêne pas outre mesure. Bien au contraire. Il s’agira pour mieux repartir, de bien analyser les raisons qui ont mené au succès comme celles qui ont abouti à l’échec. Cela me permettra d’en tirer le meilleur profit.

Il ne faut pas non plus oublier les objectifs : CAN et Coupe du monde avec le meilleur parcours possible dans ces deux compétitions et la disponibilité des ressources humaines pour réussir.

Maintenant, il faudra discuter car nous sommes tous animés d’une passion commune pour le football.

‑Votre premier discours à la presse a été plutôt séduisant. Un peu trop même, comme s’il vous avait été suggéré…
Non, pas du tout. Je pars du principe que la discussion et l’ouverture valent mieux qu’une confrontation. Ma pédagogie, si j’ose parler ainsi, se base sur quatre principes : la compétence, la rigueur, le plaisir et l’humour.

L’idéal est que ces quatre principes soient partagés par toutes les parties. Il ne s’agit pas de se cacher, ni de se découvrir totalement. Tout en sachant qu’il faut parfois se fermer un peu pour défendre les joueurs et l’équipe. Je sais aussi faire cela

‑Peut-on parler également de revanche pour vous à l’image de cette équipe de ‑Tunisie un peu en veilleuse ces derniers temps, vous aussi, vous voulez vous relancer et relancer votre carrière…
je n’irais pas jusqu’à parler de revanche mais de relance comme vous dites. Sur un plan plus pratique, mon objectif c’est que cette équipe joue bien et qu’elle ait donc plus de chance de gagner. Mon rôle consistera à choisir les joueurs dont le profil et les capacités peuvent aider à obtenir ce résultat et les aider à se valoriser.

‑Votre discours rompt un peu avec celui ambiant et qui parle essentiellement d’organisation défensive et de récupération…

Il est vrai qu’il est plus facile de défendre mais il n’est pas moins vrai que pour bien attaquer, il faut savoir défendre. Mon principe est que la vérité est auprès de celui qui possède le ballon. Pour ce faire, il faut que tout le monde défende et attaque. Au passage, j’insiste sur un point : la transition rapide du ballon avec des joueurs sachant percer et élever le rythme. Pour ce faire, il faut que les joueurs s’adaptent à l’esprit Equipe nationale. Je m’explique: il y a des joueurs qui sont vedettes dans leurs clubs et qui, placés sur le même pied d’égalité que leurs camarades en équipe nationale, deviennent timides. En équipe nationale, c’est tous égaux et tous bons.

‑Le foot portugais et tunisien ont un point commun : la technique. Or, celui tunisien a perdu son identité alors que celui portugais retrouve peu à peu la sienne…

Aujourd’hui, c’est difficile pour un football d’avoir une identité propre. L’important aujourd’hui est de gagner puis parler de joli jeu et d’offensive. Parfois, on n’a pas le temps de travailler sur l’essentiel. Alors, il faudra insister sur le rythme. Pour en revenir au problème d’identité, le problème se pose pour tous. Voyez la Côte d’Ivoire ou encore le Sénégal. Seule l’Egypte échappe à la règle, la plupart de ses joueurs évoluant dans le championnat local.

‑Le football, les footballeurs et les entraîneurs portugais sont à la mode et cela doit particulièrement vous faire plaisir…

Nous avons bien travaillé ces dernières années au niveau des jeunes puis exporté des joueurs dans les meilleurs clubs européens. Nous avions un football «artistique» mais pas de véritables objectifs. Aujourd’hui, nous avons des joueurs plus compétitifs et très forts sur le plan mental. Le football portugais a enfin trouvé sa véritable identité.

‑‑L’expérience est-elle transposable en

Tunisie ?

Oui, si on travaille bien et sur des bases solides et uniformes avec les jeunes. Tout le monde doit travailler pour les équipes nationales et tout le monde doit être d’accord sur cet objectif.

Voyez les problèmes des gardiens : c’est bien d’avoir pris la décision de ne pas recruter des étrangers mais c’est mieux d’en former des locaux et de leur donner leur chance. Surtout aux jeunes, j’en ai déjà vu des bons à l’instar de Méjri et du jeune Tounsi de l’Espérance.

‑En football, vous êtes plutôt pour la polyvalence ou la spécialité ?

Plutôt pour la spécialité dans la… polyvalence avec des latéraux rapides et explosifs parce qu’ils ont affaire à des attaquants de plus en plus forts. J’aime également que mes joueurs soient bons dans les duels, capables de percer et de s’engouffrer dans les espaces avec ou sans ballon.

‑‑On vous a sûrement dit que le joueur tunisien marche au moral. Etes-vous, par exemple, pour un psychologue dans le staff ?

Absolument. Il faudra travailler sur la confiance, sur le collectif, il y a parfois des joueurs bien dans leurs clubs et qui le sont moins en équipe nationale.

Même dans le jeu, le mental est important : je veux par exemple des joueurs imprévisibles dans la surface de réparation adverse. Pour y arriver, il faut un grand travail mental et sur la confiance.

‑L’âge, c’est important pour vous ?

Non, si le joueur âgé doit m’apporter son expérience avec en plus l’engagement sur le terrain. Ma devise pour tous, c’est la disponibilité, la concentration, l’intelligence et la communication.

‑Où en êtes-vous actuellement ?

Au visionnage des cassettes, à l’information et à l’observation des matches qui se disputent lors de cette trêve estivale.

‑Et les journaux, vous les lisez ?

Oui, beaucoup plus quand ça ne marche pas. ça peut aider…

12

Just the story of a girl |
MAUX |
Une voix dans ma tête |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le routar de sl
| AfricaDelice
| LAURALINE